portée


portée

portée [ pɔrte ] n. f.
XIIIe « enfant »; fin XIIe « mesure pour les vins »; de 1. porter
I(de porter une charge)
1(XVe) Ensemble des petits qu'une femelle de mammifère porte et met bas en une fois. La portée d'une chienne. Une portée de chatons. Lapins d'une même portée. « les chattes faisaient leur portée dans des trous de paille inconnus » (Zola).
2(XVIIe-XVIIIe) Mar. Vx Charge d'un navire. 2. port. Portée en lourd : capacité de charge.
Mod. Techn. Poids maximal que peut peser une balance. Portée d'un pèse-personne.
3(1636) Charge que supporte un membre d'architecture (poussée). Portée d'une poutre, dans une charpente. Par ext. Partie d'un membre d'architecture qui porte sur un appui, un support. Portée d'une poutre dans le mur.
Mécan. Partie d'une pièce servant d'appui à une autre. La portée d'un arbre, d'un roulement.
4Distance entre les points d'appui (d'un arc, d'une voûte...) qui n'est soutenue que par quelques-unes de ses parties (et supporte une charge, une poussée). La portée de l'arche d'un pont.
5Ensemble des cinq lignes horizontales, parallèles et équidistantes qui portent la notation musicale. Portées d'un cahier de musique, d'une partition musicale.
II(XVIe) Distance à laquelle porte une chose.
1Distance à laquelle peut être lancé un projectile; amplitude du jet. Portée d'un javelot, d'un fusil. Canon à longue portée. Missiles nucléaires à courte portée ( préstratégique) , à moyenne portée. (Pour définir une distance, avec un numér.) « L'Othello, qui se trouvait alors à dix portées de fusil » (Balzac). La portée d'un radar, la distance maximale à laquelle il peut détecter une cible. — Par anal. (XVIIe) La portée d'une voix, d'un cri, du regard.
Loc. À (LA) PORTÉE (DE) : à la distance convenable pour que ce dont il est question puisse porter. « On était à portée de javelot, face à face » (Flaubert). À portée de sa vue, visible pour lui. — À portée de la main : qu'on peut atteindre sans se déplacer. Il garde son arme à portée de (la) main. À la portée de qqn, se dit d'une chose accessible. Mettre un verre à la portée d'un malade, à son chevet. — « Quand il fut à portée des personnages dont nous avons parlé, il ôta son chapeau » (Vigny). — HORS DE (LA) PORTÉE. Être hors de portée de fusil, de voix. Produit toxique à tenir hors de portée des enfants. atteinte.
2Fig. À (LA) PORTÉE, HORS DE (LA) PORTÉE DE, se dit de ce qui est ou n'est pas accessible. Il « se met en quête d'un cabaret à portée de son escarcelle » (A. Daudet) . Spectacle à la portée de toutes les bourses, bon marché. — Absolt, littér. Une chose à portée, que l'on peut obtenir aisément. « Où trouver une source de rire plus abondante, plus à portée » (Renan).
3(XVIe) Fig. Aptitude (d'un esprit) à atteindre et comprendre des objets plus ou moins nombreux, complexes; capacités intellectuelles. Domaine et portée de notre intelligence. Ce qui passe la portée d'un esprit. étendue, force. — À LA PORTÉE. Question, explication à la portée des enfants, à la portée du premier venu. niveau. « Le tact qu'exige la société de se mettre à la portée des différents esprits » (Mme de Staël). hauteur. Mettre une science à la portée de tous. vulgarisation.
4(1660) Aptitude à avoir des effets en atteignant (en parlant d'une idée, de la pensée). Portée d'un argument, d'une critique. Portée d'un livre, d'un article. impact. La portée d'un mot. force. « bien que la portée des injures échangées lui échappât » (F. Mauriac). (D'une action, d'un événement) Événement de portée internationale. importance. Acte, mesure d'une portée incalculable, d'une portée limitée, sans portée pratique. effet. « croyez que je sens la portée de ma faute » (Balzac).

portée nom féminin Nombre des petits qu'une femelle porte et met bas en une fois : La portée de la louve est communément de cinq petits. Durée de la gestation : La portée de l'éléphante est de six cent vingt jours. Distance que peut atteindre une arme, un faisceau, un son, etc. : La portée d'un canon. Étendue du champ d'action de quelque chose : Un incident diplomatique d'une portée considérable. Poids maximal que peut évaluer une balance déterminée : Pèse-personne d'une portée de 120 kilos. Bâtiment Dimension horizontale mesurée entre les points d'appui d'une poutre, d'un arc, d'un plancher, d'une voûte. Dimension horizontale de la partie libre d'une pièce scellée dans un mur. Électricité Portion d'une ligne aérienne comprise entre deux supports consécutifs. Mécanique Partie d'une pièce servant d'appui à une autre, ou par laquelle elle porte sur une autre. Partie d'un arbre de transmission, ou d'un vilebrequin, qui tourne dans un palier. Métallurgie Sur un noyau de fonderie, partie destinée à prendre appui dans le moule. Musique Système de lignes horizontales, parallèles et équidistantes, sur lesquelles ou entre lesquelles sont placées les notes. (Ces lignes déterminent la hauteur des notes dans l'échelle des sons. On peut leur adjoindre des lignes supplémentaires et fragmentaires au-dessus ou en dessous pour étendre l'ambitus de la portée.) Topographie Distance séparant deux stations successives d'un cheminement. Travaux publics Distance entre les centres de deux appareils d'appui successifs, ou, pour une voûte encastrée, entre les centres des sections d'encastrement. ● portée (expressions) nom féminin À la portée de quelqu'un, à un endroit accessible lui permettant de prendre quelque chose : Ces médicaments ne doivent pas rester à la portée des enfants ; à un niveau suffisant pour être accessible, intellectuellement, à quelqu'un, ou pour entrer dans ses possibilités d'action, d'achat, etc. : Se mettre à la portée de son auditoire. À portée de la main, qu'on est en mesure d'atteindre, de se procurer facilement. ● portée (homonymes) nom féminin porté adjectif porté nom masculin porter nom masculin porter verbeportée (synonymes) nom féminin Mécanique. Partie d'un arbre de transmission, ou d'un vilebrequin, qui tourne...
Synonymes :

portée
n. f.
rI./r
d1./d Distance à laquelle une arme, une pièce d'artillerie peut lancer un projectile. La portée d'un canon.
d2./d Distance à laquelle on peut voir, se faire entendre, toucher qqch. Restez à portée de voix.
|| à (la) portée (de), hors de (la) portée (de): qui peut, qui ne peut pas être atteint (par).
d3./d Distance entre les points d'appui d'une pièce qui n'est soutenue que par quelques-unes de ses parties. Portée d'un pont, d'un arc.
d4./d (Abstrait) à la portée, hors de portée: accessible, inaccessible; spécial. accessible, inaccessible à la compréhension.
être, se mettre à la portée de qqn, à son niveau d'intelligence, de culture, de compréhension.
d5./d Fig. Importance des conséquences (d'une idée, d'un fait). Invention d'une portée incalculable.
|| DR Portée d'une règle, d'une décision, d'une convention, son domaine d'application, son objet et ses effets directs, ses incidences monétaire, économique, psychologique, etc., son efficacité ou son effectivité.
rII./r Ensemble des petits qu'une femelle mammifère met bas à chaque gestation.
rIII/r MUS Ensemble des cinq lignes horizontales, équidistantes et parallèles utilisées pour noter la musique.

⇒PORTÉE, subst. fém.
A. —[Corresp. à porter1 1re section I]
1. [Corresp. à porter1 1re section I A 2 b ]
a) Rare. Gestation; durée de gestation d'une femelle de mammifère. P. métaph. Nous nous proposons donc d'examiner les ondulations que le mouvement de 1830 a fait subir à notre système gouvernemental (...) Après neuf mois de portée, il est temps de citer ses oeuvres à la barre du pays (BALZAC, OEuvres div., t.2, 1831, p.347).
b) Ensemble des petits qu'une femelle porte et met bas en une fois. Portée d'une chatte, de chiots; être de la même portée. En général la portée des animaux est en raison inverse de leur faiblesse (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p.303). Avoir des enfants, des avortons, beaucoup, sans conscience, par veulerie, presque par maladie, comme un animal a des portées successives (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p.91).
P. métaph. ou p. anal. Ensemble d'enfants d'une même famille ou d'un même groupe. Ces fils, eux aussi, à leur tour, se feraient têtes de file, points de rassemblement et patriarches, jusqu'à l'heure où ils passeraient, à leur tour, le commandement à cette portée de petits qui jouaient dans la cour (SAINT-EXUP., Terre hommes, 1939, p.257).
2. [Corresp. à porter1 1re section I B]
a) Rare. Fait de prendre appui, d'être appuyé sur quelque chose. La simple portée du talon immobile sur le coussin (...) à la longue, fait l'effet dans votre chair et vos nerfs du vrillement d'un corps dur (GONCOURT, Zemganno, 1879, p.239).
BÂT. Partie d'un élément d'architecture qui repose sur un appui, un support. Cette poutre n'a pas assez de portée dans le mur (Ac. 1835-1935). Les portées de cette poutre sont pourries (Ac.).
b) TECHNOL. Élément directement en contact avec un autre, servant souvent d'appui. Le petit pignon d'attaque [de l'essieu arrière] doit être (...) tenu (...) entre deux portées de roulement (PÉRISSE, Automob., 1907, p.313). Ces (...) lubrifiants solides [graphite, talc, etc.], mélangés à des graisses ou suifs, sont employés pour les engrenages des treuils (...) ils adhèrent aux portées, ne s'évaporent pas (J. CAHEN, BRUET, Carrières, 1926, p.165).
CH. DE FER. Portée de calage. Les portées de calage sont des parties cylindriques sur lesquelles les roues sont calées à forcement, généralement à la presse hydraulique (BAILLEUL, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p.8).
HORLOG. Partie perpendiculaire à l'axe d'un pivot, servant de butée. Lorsque la montre est à plat les mobiles du rouage reposent sur les portées plates de leur pivot inférieur (ANDRADE, Horlog., 1924, p.181).
c) MUS. Ensemble des lignes horizontales (actuellement cinq) parallèles et équidistantes, sur ou entre lesquelles sont dessinées les notes. Son ignorance musicale était telle qu'il ne savait nommer seulement une note qu'on lui montrait sur la portée (MONTHERL., Célibataires, 1934, p.755):
1. Nous nous apercevions que la notation instrumentale en musique n'était définie que par l'état de fait. Il y avait deux violons, un alto, et un violoncelle, et cela suffisait pour que le quatuor fût représenté par quatre portées parallèles. Mais si aucun repère causal ne rendait les instruments identifiables, comment, à l'écoute d'un ensemble musical, y découvrir et y définir des pseudo-instruments? Devait-on, par exemple, aligner les portées du haut en bas par énumération des matières, c'est-à-dire principalement des timbres.
SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p.83.
P. métaph. [Un individu] nous apparaissait (...) le front barré d'une portée de cinq rides (ARNOUX, Rhône, 1944, p.338).
d) [Corresp. à porter1 1re section I B 2]
) MAR. Portée (en lourd). Synon. usuel port (en lourd) (v. port2). La portée en lourd a une importance capitale (...) parce qu'elle est la caractéristique la plus couramment employée quand il s'agit de cargos (...). Théoriquement la portée en lourd est le chargement mobile qui peut être embarqué sur le navire, le matériel d'armement réglementaire étant à bord (MARIE, DILLY, Transp. mar., 1932, p.197).
) Poids maximal que peut évaluer une balance. Les balances de ménage (...) Portée 4 kg (...) Portée 2,2 kg (Catal. 3 Suisses, automne-hiver 1985-86, p.811).
) P. anal., CORD., INDUSTR. TEXT. Ensemble des torons nécessaires pour fabriquer un cordage; ensemble des fils constituant la chaîne d'un tissu. (Dict. XIXe et XXes.).
B. —[Corresp. à porter1 1re section II] SPORTS (boules). ,,Action du joueur qui fait rouler la boule de façon à la placer le plus près possible du but`` (PETIOT 1982).
C. —[Corresp. à porter1 2e section]
1. [Corresp. à porter1 2e section II] CHASSE, au plur. ,,Endroit le plus haut où le bois du cerf a porté et atteint en passant dans un taillis dont il a fait plier les branches par où l'on connaît la grandeur ou la petitesse du cerf`` (BAUDR. Chasses 1834); branches pliées ou cassées au passage par les bois du cerf. L'usure de ses pinces [du Rouge] (...) ses abattures dans les fougères, ses portées aux branches des arbres, La Futaie les savait (GENEVOIX, Dern. harde, 1938, p. 173). M. de Viborne poussa ceux [des chiens] qu'il tenait devant lui, mais ils tâtèrent les portées (VIALAR, Rendez-vous, 1952, p.204).
2. [Corresp. à porter1 2e section II]
a) [En empl. autonome, hors loc.]
[Impliquant un mouvement]
[À propos d'une arme ou d'un projectile] Capacité d'atteindre un but à une certaine distance; distance à laquelle le projectile peut atteindre son but. Portée de l'artillerie, d'un boulet, d'un canon, d'une fusée; canon, tir à longue portée; missile de portée intermédiaire; force nucléaire à courte portée. Les gueux ne manquaient pas de canons, car aussitôt en vue ils nous tirèrent trois ou quatre coups, pour essayer la portée de leurs pièces ou nous défier d'avancer (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t.2, 1870, p.174). Chine. Dispose de 25 missiles d'une portée de 1500 km et dotés d'une charge de quelques dizaines de kt. La 2egénération (portée 3000 km, charges thermonucléaires) serait en place depuis 1973 (Quid 1983, p.1526).
Ne pas avoir la portée. Ne pas atteindre son but, faute d'aller assez loin. Nous avions tiré deux ou trois coups de mitraille, mais elle n'avait pas la portée et tombait dans l'étang (ERCKM.-CHATR., op cit., p.175).
♦[À propos d'une onde, d'un rayonnement ou de sa source] Portée d'un émetteur. Heaviside et Kennelly signalèrent la grande portée des ondes de TSF et démontrèrent que les ondes électriques se propagent le long d'une couche conductrice suivant le contour de la terre (ROTHÉ, Géophys., 1943, p.391). La rapidité et la grande portée des moyens de transmission (LE MASSON, Mar., 1951, p.9).
♦[À propos d'un sens, de la voix] Portée naturelle de la vue. Juliette et son cousin Antoine étaient descendus de voiture pour crier avec lui, mais c'étaient des voix de mineurs, presque sans portée (AYMÉ, Jument, 1933, p.218). Ou peut-être que Dieu, en dernière punition ou en dernier cadeau, double la portée de nos sens... malgré la distance, on les voit là-bas courir, on entend chaque cri (GIRAUDOUX, Sodome, 1943, II, 2, p.96).
Vieilli. [À propos d'une pers.] Capacité d'atteindre physiquement quelque chose. Gabrielle, qui a déjà décacheté la lettre, écartant celle-ci de la portée de son mari (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, III, 5, p.59).
) [N'impliquant pas un mouvement]
ARCHITECTURE
♦Capacité d'un matériau à supporter une charge, une poussée ou à ne pas fléchir sous son propre poids. Substance fibreuse, compacte et relativement légère, le bois a plus de portée que la pierre, et conséquemment il peut se projeter plus avant dans le vide (Ch. BLANC, Gramm. arts dessin, 1876, p.353).
♦Longueur d'un élément horizontal comprise entre deux points d'appui, sans intermédiaire. Je vais toujours prendre les mesures, les hauteurs, la dimension des tableaux, la portée des fenêtres (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p.100). Le grand écartement des piliers, la grande portée des poutres permettent les larges vitrages, les larges portes de nos garages et de nos usines (Arts et litt., 1935, p.20-9). L'emploi de débits commerciaux courants pourrait conduire à la standardisation des poutres et poutrelles en bois pour différentes charges et portées (CAMPREDON, Bois, 1948, p.116).
ÉLECTROTECHN. ,,Distance entre deux supports consécutifs d'une ligne aérienne`` (Encyclop. sc. et techn., Paris, Lidis, t.4, 1975). Des traversées de fleuves, de bras de mer, des liaisons entre supports de grande dénivellation conduisent à réaliser des portées supérieures à 1km, considérées néanmoins comme exceptionnelles (Encyclop. sc. et techn., Paris, Lidis, t.4, 1975).
) Au fig.
Vieilli. [À propos de qqn] Capacité de compréhension, intelligence. En se hasardant ainsi, lui dit-il, un homme de votre portée ne doit pas se conduire comme un sot et marcher à tâtons, mais opérer hardiment (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p.81). Comme il ne faut rien dire qui dépasse la portée de cette portion de l'auditoire [les femmes], le cercle des discours est assez restreint (RENAN, Avenir sc., 1890, p.526).
Portée d'entendement de qqn. Il faut avoir une autre portée d'esprit que ce pauvre homme pour comprendre qu'il n'y a pas de mauvais livres (BOURGET, Disciple, 1889, p.148).
[À propos d'un fait, d'une action, du produit d'une action] Capacité de produire un effet, d'atteindre un objectif; effet, impact, influence. Ces premières pages de M.Thiers sont d'un heureux augure (...) elles n'ont pas d'efforts, et elles ont de la portée (SAINTE-BEUVE, Portr. contemp., t.4, 1845, p.66). Oui, par cette simple phrase, Tharaud accorde tout à son adversaire et enlève beaucoup de portée aux objections si pertinentes qu'il lui adresse ailleurs (MAURIAC, Journal 2, 1937, p.150).
♦[Avec adj. spécifiant un degré] Portée considérable, exacte, indéfinie, infinie, profonde, réelle, supérieure, véritable, vraie; grande portée. À la fin du XVIesiècle, le Caravage allait accomplir une révolution d'une portée incalculable (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p.147).
♦[Avec adj. évoquant le domaine où s'exerce cette influence] Portée conceptuelle, économique, intellectuelle, logique, politique, scientifique; portée générale, universelle. Nous nous sommes bornés à reconnaître la portée historique de la notion de grève générale (SOREL, Réflex. violence, 1908, p.51). Cette «mission d'une haute portée morale que les nations les plus avancées exercent au nom de l'humanité tout entière» (NIZAN, Chiens garde, 1932, p.124). Je ne vois, dans votre règlement, qu'un texte sans portée pratique, tout juste bon à vous fournir les éléments d'une plaisanterie plus ou moins spirituelle (AUDIBERTI, Quoat, 1946, 1er tabl., p.18).
♦[Avec subst. introd. par de désignant le fait, l'action, le produit de l'action] Portée d'un acte, d'un conseil, d'écrits, d'une expérience, d'une faute, de mots, d'une observation. Daudet s'étonne de la portée de ce volume sur les esprits, portée bien supérieure à celle des volumes déjà parus (GONCOURT, Journal, 1894, p.576). C'est le grand fait social de l'heure actuelle et il faut chercher à en comprendre la portée (SOREL, Réflex. violence, 1908, p.95). Il y avait de la complaisance dans la voix de Nadine; elle ne mesurait sans doute pas la portée de ce qu'elle disait (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p.172).
[P. méton. Le subst. introd. par de désigne une pers.] Une méthode simple pour connaître la portée d'un artiste est d'examiner son public (BAUDEL., Salon, 1846, p.173).
b) [Dans des loc. à fonction adv. ou adj.]
) [Avec prép. à]
À portée (de + subst.)
♦[Sans aucun déterm. ou avec subst. introd. par de désignant une pers., une chose ou un procès dont le suj. est une pers.] À proximité dans l'espace, facile à atteindre. Passer, rester à portée. Ce mauvais chapeau suspendu à portée des passants, pour quêter l'aumône (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p.110). [Un chien] posait sa tête à portée de sa caresse (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p.168). De petites plages sablonneuses à portée les unes des autres (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p.85):
2. Du coin de l'oeil, il s'assura que Jean-Paul restait à portée. L'enfant, à une dizaine de mètres de là, s'efforçait de grimper sur une levée de terre, et ne se souciait de personne.
MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p.869.
À portée de (la) main.
Au fig. Ils avaient mis l'héroïsme à portée de tous; le courage et le don de soi devenaient des vertus quotidiennes (SARTRE, Mots, 1964, p.176).
À portée de + inf., vieilli. Synon. à même de + inf. Désirer que le hasard et des combinaisons heureuses mettent les bâtimens de sa majesté à portée de rencontrer quelques-unes des ces îles perdues pour la navigation (Voy. La Pérouse, t.1, 1797, p.95). À l'égard des fonctions qu'exécutent ces hémisphères, l'on sent qu'une émission du fluide nerveux qui, de son réservoir ou foyer commun, se dirige dans ses mouvemens vers ces organes, les met à portée d'opérer chacun ces fonctions auxquelles ils sont propres (LAMARCK, Philos. zool., t.2, 1809, p.225).
♦[Avec subst. prép. de sans déterm. ni art., évoquant un type de distance] À une distance qui peut être atteinte par quelque chose. À portée de flèche, de fusil. Depuis six mois, nous avons vécu et manoeuvré dans les tranchées et les boyaux, quasi à portée de voix du village (BARBUSSE, Feu, 1916, p.160). La main attentive de Jos-Mari [se tendait] d'en haut vers sa protégée, à portée de souffle (PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p.165).
[Avec un adj. numéral, le subst. introd. par de désigne gén. une arme à projectile] À deux portées de canon. Et dire que ce pauvre Gérard se morfond là-bas, sans se douter que nous passons à une portée de fusil de son gîte! (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p.166). Ce n'est pas loin d'ici; à quatre portées de lance-pierre (AYMÉ, Vaurien, 1931, p.39). À une demi-portée d'arc des murailles, il leur cria d'une voix forte qu'il leur apportait des paroles de paix (THARAUD, Mille et un jours Islam, II, 1938, p.9).
À la portée de + subst., vieilli (sauf au fig.). À proximité spatiale. On navigua le long de la côte à la portée du canon (Voy. La Pérouse, t.1, 1797, p.139). Il mit des couvertures à chauffer, tournant et déployant leurs épaisseurs sur des cordes tendues à la portée du poêle (PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p.259):
3. ... un homme sortit du bois près duquel les deux jeunes gens avaient l'habitude de faire paître leurs troupeaux, et accourut vers eux. Arrivé à la portée de la voix: —Je suis poursuivi, leur cria-t-il; pouvez-vous me cacher?
DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 445.
Au fig. À la portée de chacun, de n'importe qui, de tout le monde. Il y avait peu d'infortunes à la portée de nos soins qui ne fussent promptement soulagées (NODIER, Fée Miettes, 1831, p.172). L'appartement, le dentiste, le marchand de charbon y sont à la portée de toutes les bourses (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p.114). Par-dessus les aroles, un Matterhorn à la portée des jeunes filles le suivait dans sa marche (PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p.52).
) Au-dessus de la portée de + subst. (désignant une pers. ou une action). Hors des capacités de quelqu'un, hors du champ d'influence d'une action. Aussitôt ses aveux rentrèrent en entier dans son ame; ils étoient au-dessus de la portée des secours de l'amitié (COTTIN, Mathilde, t.5, 1805, p.209). Ce que tu peux faire te paraît peu utile, et ce que tu crois utile, est au-dessus de ta portée (AMIEL, Journal, 1866, p.227).
) [Avec prép. hors (de)]
Hors de portée (de + subst.). À une distance telle qu'on ne peut atteindre quelque chose ou être atteint par quelque chose. «Ne lui parle que hors de portée de son sceptre», recommanda Timopht à l'israélite (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p.301). La merveilleuse tactique de ma psychologie devenait aussi vaine que le mécanisme du canon le plus savant contre un ennemi réfugié hors de portée (BOURGET, Disciple, 1889, p.168).
Au fig. Il est bon qu'il [l'enfant] la cherche [l'appréciation des choses] lui-même et qu'il l'établisse à sa manière durant la période de sa vie où, à la place de son innocente erreur, nos explications, hors de portée pour lui, le jetteraient dans des erreurs plus grandes encore (SAND, Hist. vie, t.2, 1855, p.158).
Hors de la portée de + subst. Être hors de portée de la main. Il fallait grimper sur les chaises, sur les tables, au risque de provoquer des avalanches qui m'eussent enseveli. Les ouvrages du rayon supérieur restèrent longtemps hors de ma portée (SARTRE, Mots, 1964, p.37).
Au fig. Tandis que si l'autre [justice] paroît quelquefois ne pas apercevoir les crimes, elle ne suspend ses coups que par des motifs adorables qui ne sont pas à beaucoup près hors de la portée de notre intelligence (J. DE MAISTRE, Soirées St-Pétersb., t.1, 1821, p.209).
Hors la portée de + subst. (moins usuel). Le pouvoir exécutif, mis hors la portée des législateurs (CONSTANT, Princ. pol., 1815, p.66). Autant de brillants, aimables, définitifs assouplissements de sciences pourtant assez ardues, complexes en elles-mêmes, périlleuses, qui seraient demeurées, sans Courtial, hors la portée du grand public (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.417).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. A. 1. Fin XIIes. portee «mesure pour les liquides» (Prise Orange, éd. C.Régnier, 1632); 2. a) ca 1274 «action de porter (un enfant), gestation» (ADENET LE ROI, Berte, éd. A. Henry, 3114); b) 1286-1316 «enfant» (JEAN MAILLART, Comte d'Anjou, éd. M.Roques, 3697); c) ca 1320-30 «race, engeance» (WATRIQUET DE COUVIN, Dits, éd. A.Scheler, p.79, 47); d) mil. XVes. «ensemble des petits d'une femelle» (Évangiles des Quenouilles, éd. P.Jannet, p. 148); 3. 1302 text. (G.ESPINAS, Doc. rel. à la draperie de Valenciennes au Moyen Âge, p.183, 23 ds DE POERCK, t.2, p.158); 4. a) 1575 topogr. «mesure itinéraire de Bourgogne» (Coutumes de Bourgogne ds Coutumes générales, éd. 1604, t.1, p.860 ds GDF.: la lieue de Bourgongne contient cinquante portees de longueur); b) 1690 «longueur d'une chaîne d'arpenteur entre deux piquets» (FUR.); 5. a) 1636 archit. «distance entre les points d'appui d'une pièce (poutre, voûte, etc.)» (MONET); b) 1690 «partie d'une pièce de construction qui porte sur un mur, un pilier, etc.» (FUR.); 6. 1636 mus. (MERSENNE, Harmonie universelle, p.324: au commencement des portées ou réglets); 7. 1676 plomb. (FÉLIBIEN, p.159); 8. 1681 mar. «charge d'un navire» (Ordonnance, août ds LITTRÉ); 9. 1765 horlog. et joaill. (Encyclop. t.13, p.144b); 10. a) 1873 mécan. «surélévation, dans une pièce mécanique, servant d'appui ou de butée» (J.O., 3févr., p.789 ds Lar. Lang. fr.); b) 1887 mécan. (HERDNER, Constr. et conduite locomot., t.1, p.164: portées du boulon [d'articulation]); 1907 (PÉRISSE, Automob., p.313: portées de roulement); c) 1887 ch. de fer portée de calage (HERDNER, op. cit., p.284); 11. 1873 portée d'une balance (J.O., 1ermars, p.1437 ds Lar. Lang. fr.); 12. 1932 «distance entre deux poteaux télégraphiques» (Lar. 20e). B. 1. 1377 plur. vén. (GACE DE LA BUIGNE, Deduis, éd. Å Blomqvist, 7920); 2. 1538 «aptitude à comprendre, capacités intellectuelles» (EST., s.v. capio: Captus ... la capacité et portée d'aucun); 3. a) 1543 «distance que peut atteindre un projectile» (MARGUERITE DE NAVARRE, Nouv. Lettres, éd. F.Génin, Paris, 1842, CXXXIV, p. 238: Portée de canon); b) 1690 p.anal. (FUR.: portée d'estre veuës ... portée de nôtre oreille ... portée de son bras); 4. a) 1585 hors la portée de (N. DU FAIL, Contes et discours d'Eutrapel, éd. J.Assézat, t.1, p.306: hors la portee du canon); 1679 à portée (de) (LA FONTAINE, Fables, IX, 8, 1: Jamais auprès des fous ne te mets à portée); b) 1672 fig. à portée «accessible» (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., 6avr., éd. R.Duchêne, t.1, p.471); 1690 fig. hors de portée de (ID., ibid., 13août, t.3, p.926); 5. 1585 «aptitude à avoir des effets, efficacité» (CHOLIÈRES, Matinées, IX, éd. E.Tricotel, p.319: selon la portée de ses moyens); déb. XVIIes. (E.PASQUIER, Recherches de la France, éd. 1665, p.465: la portée de ce livre); 6. 1902 «distance à laquelle on peut recevoir les signaux d'une station radioélectrique» (TURPAIN, Applic. prat. ondes électr., p.266: la portée des ondes); 7. 1975 informat. portée d'un identificateur (Lar. encyclop. Suppl.). Part. passé fém. subst. de porter1. Fréq. abs. littér.:2443. Fréq. rel. littér.: XIXes.: a) 3941, b) 3111; XXes.: a) 2523, b) 3845.

portée [pɔʀte] n. f.
ÉTYM. XIIe, « mesure pour les vins »; de porter.
———
I
1 (Mil. XVe; « enfant », XIIIe). Ensemble des petits qu'une femelle de mammifère (à gestation multipare) porte et met bas en une fois. aussi Parturition (→ Malingre, cit. 4). || La portée d'une chatte (chattée), d'une chienne (chiennée), d'une truie (cochonnée)… || Une portée de chatons, de chiots… aussi Nichée (fig.). || Lapins d'une même portée. || Femelle qui fait sa portée, ses petits, qui met bas.
1 (…) les chattes faisaient leur portée dans des trous de paille inconnus, et reparaissaient avec des queues de cinq ou six petits.
Zola, la Terre, II, I.
(1613). Durée de la gestation d'un animal.
Loc. Un enfant éveillé, vif comme une portée de souris. Potée.
2 (1681). Mar. (Vx). Charge d'un navire. Port. || Portée en lourd : capacité de charge.
Poids maximal que peut peser une balance. || Balance d'une portée de 5 kg.
(1636). Archit. Charge que supporte un membre d'architecture (poussée). Portant (II.).Spécialt. Distance qui sépare les deux points d'appui d'un linteau, d'un arc, d'une voûte…, et qui correspond à une charge, à une poussée. || Portée d'une poutre, dans une charpente. || Portée entre deux supports (colonnes, piliers…, murs).
Par ext. Partie d'un membre d'architecture qui porte sur un appui, un support. || Portée d'une poutre dans le mur.Techn. Épaulement sur lequel s'appuie un écrou de serrage.
(Fin XIVe). Techn. Faisceau de fils, ensemble des torons que l'on emploie dans la fabrication d'un câble.Tissage. Réunion des fils destinés à former la chaîne, dans l'ourdissage à la main.
N. f. pl. (1373). Vén. Petites branches cassées par le passage d'un cerf, qui permettent de retrouver sa trace.
3 (1752). Mus. Les cinq lignes horizontales, parallèles et équidistantes sur ou entre lesquelles ( Interligne) on porte la notation musicale. Notation, note (cit. 3 et 4). || Portées d'un cahier de musique, d'une partition musicale. || Sur une toile ou sur une portée : en peinture ou en musique (→ Capter, cit. 3). || Intervalle de un, deux degrés, sur la portée.
———
II Distance à laquelle porte une chose.
1 (Av. 1549). Distance à laquelle peut être lancé un projectile, ou à laquelle une arme peut envoyer un projectile; amplitude du jet. Atteindre, porter. || Portée d'un javelot. || Portée d'un fusil, d'un canon. || Artillerie, canon à longue portée.(Pour définir une distance). || Long (cit. 14) d'une portée de carabine. || À une, deux, dix portées de fusil (→ Gueule, cit. 24; passage, cit. 12), de flèche… || À la portée d'un jet de pierre (→ À un jet de pierre).
(1636). Distance à laquelle un son (2. Son) peut se faire entendre. || Portée d'une voix, d'un cri…
Portée du regard.
Loc. À portée (de)… : à la distance convenable pour que la chose en question puisse porter, puisse y atteindre. || À portée de fusil (→ Guerre, cit. 31). || À portée de voix. || À portée d'ouïe. || À portée de sa vue : visible pour lui (→ Intitulé, cit. 1).
2 Déjà les Barbares avaient sauté en dehors des palissades. On était à portée de javelot, face à face.
Flaubert, Salammbô, VI.
3 Il se relève aussitôt et regarde avec angoisse s'il y a quelque personne secourable à portée de la voix ou du regard : on ne peut pas pleurer à peu près, sans aide, sans public.
G. Duhamel, les Plaisirs et les Jeux, p. 30.
À portée de la main (→ Deviner, cit. 7), de sa main (→ Couteau, cit. 11; incrédule, cit. 8) : à une distance où on peut prendre, tenir la chose en question, spécialt sans avoir à se mouvoir, à se déranger. Accessible.(Dans le même sens). || À la portée de qqn : à un endroit accessible. || Mettre un verre à la portée d'un malade, à son chevet. || Laisser des instruments dangereux à la portée d'un enfant (→ Estropier, cit. 3). || Je n'ai pas cet objet à ma portée. Main (sous la main).Être à portée de qqn. || Tous ceux qui passaient à sa portée (→ Emboîter, cit. 5).
4 Jamais auprès des fous ne te mets à portée.
La Fontaine, Fables, IX, 8.
5 Quand il fut à portée des personnages dont nous avons parlé, il ôta son chapeau, et toute sa famille en fit autant (…)
A. de Vigny, Cinq-Mars, II.
Hors de (la) portée (de)… : à une distance qu'on ne peut atteindre. || Être hors de portée de fusil, de voix… Atteinte. || Mettez ces allumettes hors de la portée de cet enfant.
2 (Abstrait). À (la) portée, hors de (la) portée de…, se dit de ce qui est, n'est pas accessible, disponible. || Ce bonheur a été mis hors de ma portée (→ Goûter, cit. 5). || Plaisir qui s'offre (cit. 16) à la portée de qqn.Spécialt. || Spectacle à la portée de toutes les bourses (→ Morgue, cit. 2). || Mettre certains amusements à la portée de tous (→ Machinisme, cit. 1). || Affaires qui sont au-dessus de la portée des particuliers (→ Exclusif, cit. 1), qui ne sont pas de leur ressort.
6 (…) il songe à prendre quelque nourriture et se met en quête d'un cabaret à portée de son escarcelle (…)
Alphonse Daudet, le Petit Chose, I, IV.
Absolt. || Une chose à portée, que l'on peut obtenir, dont on peut disposer aisément.(Vieilli). || Être à la portée de faire… : être à même de faire… 1. Pouvoir.
7 Après soixante ans de vie sérieuse, on a le droit de sourire, et où trouver une source de rire plus abondante, plus à portée, plus inoffensive qu'en soi-même ?
Renan, Souvenirs d'enfance…, Œ. compl., t. II, VI, p. 894.
3 (1538). Fig. Aptitude, capacité d'une chose à agir, à produire un effet, à atteindre un résultat. a (En parlant de l'esprit, des facultés intellectuelles). Aptitude, étendue, force… || Domaine et portée de notre intelligence (→ 1. Passé, cit. 12). || Augmenter la portée de son intelligence (→ Curiosité, cit. 7). || Esprit d'une vaste portée, sans portée. || Ce qui passe (cit. 111) la portée d'un esprit.(En parlant des personnes). Capacités intellectuelles. || Rien n'était au-dessus de sa portée (→ Dévorer, cit. 7).Question, science à la portée des enfants (→ Histoire, cit. 23), à la portée de tous. Facile. || Vulgarisateur qui met une question à la portée du grand public. || Se mettre à la portée de son auditoire. Niveau.
8 Lorsqu'on veut se mettre à la portée des autres hommes, il faut prendre garde d'abord à ne pas sortir de la sienne; car c'est un ridicule insupportable, et qu'ils ne nous pardonnent point; c'est aussi une vanité mal entendue de croire que l'on peut jouer toute sorte de personnages, et d'être toujours travesti.
Vauvenargues, Réflexions sur divers sujets, 12.
9 Le tact qu'exige la société, le besoin qu'elle donne de se mettre à la portée des différents esprits (…)
Mme de Staël, De l'Allemagne, I, XI.
10 J'ai entendu ces jours-ci un jeune homme tout à fait éminent faire une conférence (…) où il a développé justement toutes mes idées sur le monde en les mettant à la portée des plus imbéciles.
A. Hermant, Souvenirs du vicomte de Courpière, VII.
b (En parlant d'une idée, de la pensée). Force, importance. || La portée d'un argument, d'une critique (cit. 17), d'une doctrine, d'une idée, d'une remarque, d'une théorie… || Le nihilisme (cit. 1) est sans portée. Valeur. || Raisonnement d'une grande portée. || Portée d'un livre, d'un article (→ Impression, cit. 5).La portée d'un mot, d'une locution (→ Peser, cit. 6).
11 D'ailleurs cette bataille de dieux qui grondait au-dessus de sa tête l'intéressait, bien que la portée des injures échangées lui échappât.
F. Mauriac, le Sagouin, p. 45.
c (En parlant d'une décision, d'une action, d'un événement…). || Portée et limite des moyens dont nous disposons (→ Forme, cit. 56). || Acte, mesure d'une portée incalculable, d'une portée limitée, sans portée pratique. Effet. || Événement de portée internationale. Importance.
12 (…) maintenant que j'ai le bonheur, en vous voyant, d'avoir entrevu la plus grande image de la Vertu sur la terre, croyez que je sens la portée de ma faute (…)
Balzac, la Cousine Bette, Pl., t. VI, p. 453.
13 Si nous pouvions nous retourner sur nous-mêmes et dégager la portée historique de nos actes dans le même temps que nous les accomplissons, il nous semble que (…) nous présenterions à nos neveux une appréciation si pertinente et si complète de notre époque qu'ils n'auraient plus qu'à l'entériner.
Sartre, Situations II, p. 41.
HOM. Porter.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • portée — Portée. s. f. Ventrée, tous les petits que les femelles des animaux portent & font à une fois. Premiere, seconde portée. les chiennes à chaque portée font jusqu à neuf & dix chiens. Portée, se dit aussi des armes à feu, ou armes de trait, pour… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Portee — Portée Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • portée — (por tée) s. f. 1°   Ancien terme de marine. Port d un navire. •   Le maître qui aura déclaré son vaisseau d un plus grand port qu il n est.... sera tenu des dommages intérêts du marchand.... sera réputé y avoir erreur en la déclaration de la… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PORTÉE — s. f. Ventrée, totalité des petits que les femelles des animaux quadrupèdes portent et mettent bas en une fois. Première, seconde portée. Il y a des chiennes qui font jusqu à neuf et dix chiens d une portée, en une portée. Ces deux chiens sont de …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PORTÉE — n. f. Totalité des petits que les femelles des animaux quadrupèdes portent et mettent bas en une fois. Première, seconde portée. Ces deux chiens sont de la même portée. PORTÉE se dit aussi de la Distance à laquelle quelque chose peut porter, peut …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • portée — I. Portée, f. penac. Tantost est participe passif, comme, Elle a esté portée souefvement, Gestata fuit leniter. Et tantost est nom substantif, comme, Il a eu deux enfans d une portée, c est à dire, d une ventrée, Vno vtero geminos edidit. C est… …   Thresor de la langue françoyse

  • Portée — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « portée », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Selon le contexte, le mot portée peut avoir… …   Wikipédia en Français

  • portée — nf. (d animaux, de fusil, de musique...) ; impact, influence, (d un discours, d un écrit...) ; distance, hauteur : PORTÂ (Albanais, Bellecombe Bauges, Cordon, Morzine, St Nicolas Cha., Saxel, Villards Thônes), pourtâ (Annecy.003, Thônes.004). Fra …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Portee — A portee is a truck that carries a gun on its bed that has three characteristics:* the gun is not permanently affixed to the vehicle * the gun can be quickly unloaded * the gun can be fired from the truck.While the term portee can be used to… …   Wikipedia

  • portée — ● n. f. ►PROG * Espace dans lequel une variable est disponible dans un programme. La portée peut être globale (variable définie dans tout le programme), local (définie dans une partie seulement du programme). * Sous IPv6, les adresses IP ont… …   Dictionnaire d'informatique francophone


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.